Armée je t’aime, moi non plus.

Ce paradoxe est inhérent à l’armée, mais il en fait toute son essence ! Car face à l’armée, nous sommes bel et bien portées par ces sentiments contradictoires. Cette singularité nous perd, parfois : elle nous fait voyager dans des invraisemblances qui nous étonnent, nous font vibrer, nous stimulent et nous désespèrent. Armée, je t’aime. Tu es porteuse de valeurs, tu nous protèges, tu nous rends fières. Armée, tu es aussi silencieuse qu’engagée, tu nous désarmes autant que tu nous apprends, tu nous donnes et puis tu nous reprends. Tu fais de notre vie un quotidien instable et surprenant à la fois.  Tu nous chagrines et nous rassures. Ta beauté est douloureuse, ton incertitude est rafraichissante. Dans nos vies, tu es tout autant source de joies et souffle d’inquiétudes. Armée, je t’aime, mais pas trop.

Armée, tu nous armes et nous désarmes

Il n’y a pas d’école pour la femme de militaire. Elle apprend sur le tas : elle fait, elle aussi, ses classes. Imprévus, départs, changements de planning… Rapidement, les semaines se confrontent aux exigences du métier. Elle apprend à ne pas tout contrôler, à accepter les imprévus, à accueillir les annonces sans rancœur ; jusqu’à développer un sixième sens, celui d’anticiper l’in-anticipable. Et lorsqu’elle se croit assez solide et armée, l’imprévu revient à elle pour lui rappeler que nous ne sommes pas nées femme de militaire.

L’armée nous forme et nous forge. Elle nous fait progresser et nous apprend. Ces qualités, d’abord subies, deviennent des moteurs de vie. Ce lâcher prise, mêlé à cette résilience positive, c’est toute la puissance de la force tranquille d’une femme de militaire.

Armée, tu nous unis et nous isoles

Les départs font partie intégrante de cette vie à deux. Cette instabilité confronte la femme de militaire à des moments de profondes craintes : la solitude en est bien une majeure. Quelle femme, à l’annonce d’une OPEX, ne s’est pas projetée, la boule au ventre, dans ce quotidien où il allait falloir réapprendre à vivre loin ? Si ces départs resteront les grandes épreuves de la vie de femme de militaire, ce sont eux aussi qui donnent cette part de magie et de mystère dans nos vies. Ces OPEX nous rappellent que le quotidien est beau, que chaque instant compte et que tous les moments à deux sont à chérir. 

Armée, tu nous bouleverses et nous émerveilles

L’armée impose à ses hommes et à ses femmes des moments douloureux : elle sépare et éloigne. Elle est dure et violente. Elle semble parfois ordonner nos vies, les contraindre et les commander. Et pourtant, ce sont bien ces mêmes actions fondées sur des valeurs humanistes – héroïques ! – qui font de l’armée, une vocation belle et audacieuse. Ce sont ces valeurs qui nous rapprochent, non seulement entre femmes de militaires, mais aussi au sein même de notre vie à deux. Elle nous rapproche, elle créé du lien, elle bâtit une grande famille fondée sur une même ambition : être tournés vers les autres.  Armée, ton exigence et ta droiture sont tout aussi redoutables qu’admirables.

La vie avec un militaire est ainsi ancrée dans une myriade de paradoxes. Son désordre organisé dans nos vies en est le premier élément dont nous prenons souvent conscience le plus rapidement. S’ensuit ensuite une multitude de contradictions, qui nous promènent entre douleur, étonnement et joie profonde. Armée, t’aimer m’est difficile, car à tes côtés, je suis à la fois si fière et si vulnérable.

Mathilde