Famille de militaire – préparer les départs

Femme, mère, père, conjoint(e), nous vivons tous ce moment d’appréhension à l’approche du départ. Depuis l’annonce, jusqu’à la veille, les différentes étapes auxquelles chaque famille est confrontée sont différentes selon les contextes, les périodes, les évènements familiaux. Nouveau rythme à préparer, cadre logistique à renforcer, communication à trouver, ces départs sont autant de parenthèses particulières pour chaque famille. Avec les enfants les choses sont parfois encore plus subtiles… Comment trouver son équilibre au fil de ses étapes ?

1 – gérer l’annonce – l’acceptation

L’annonce des départs n’est jamais très évidente : « Cela reste toujours une source de stress et de questionnement : comment vais-je réussir à gérer le quotidien, les crises et pleurs des petits face au départ, les nuits qui vont être hachées, les moments de fatigue ? C’est d’abord la peur de tous les tracas du quotidien à affronter seule qui prédomine. Puis vient l’acceptation (plus ou moins facile) mais je me dis que c’est comme ça et que le mieux à faire maintenant est de gérer, le mieux possible, pour les enfants et pour nous. »

Le contexte de ces départs est important aussi : « Quand nous connaissons les dates de missions à l’avance il est plus simple de s’y préparer psychologiquement, en revanche cela reste compliqué quand ce sont des mission de « dernière » minutes. L’organisation de la vie familiale est complètement revue ce qui pose parfois des difficultés.»

Au rythme de chacun(e), l’acceptation est une phase importante. Pour mieux préparer la suite elle est nécessaire, même si elle peut être longue … Suscitant doutes, questionnements et parfois refus, elle interroge à chaque fois la capacité des conjoints à se faire confiance pour gérer la suite et aussi à faire face à leurs limites parfois. Elle nécessite de faire le deuil de cette période à deux pour la vie de couple et de famille afin de passer à la préparation logistique.

2 – préparer les enfants & se préparer soi-même

Concernant les enfants, les prévenir est important, même s’il n’est pas nécessaire de s’y prendre des semaines à l’avance. « On les prépare ! Sans en parler toutes les heures, on aborde quand même plusieurs jours à l’avance le sujet du départ de Papa. En général, mon conjoint essaie de trouver un moment propice (le coucher par exemple, ou une promenade en tête à tête) avec chaque enfant pour lui expliquer simplement mais en appuyant toujours sur le fait que ce n’est pas un abandon. Les enfants sont des éponges et je me rends compte que ma façon d’appréhender le départ joue considérablement sur leur propre acceptation. »

Quant aux conjoints, à ceux qui restent, la préparation logistique ne fait pas tout mais elle est importante pour appréhender ces quelques mois en solo. Mobiliser son réseau, revoir les options de garde des enfants, partager ses craintes, envisager une coupure avec les grands-parents ou avec des amis, … Autant de formules que de personnes ! « Les missions je les vivais bien en m’entourant d’amis du milieu militaire. On effectuait des repas entre nous afin de rompre l’isolement et on s’entraidait si besoin pour la garde des enfants, ayant une famille éloignée. »

Petit à petit, poser des jalons pour anticiper les coups durs, pouvoir s’appuyer sur une ou deux personnes de confiance, moralement et matériellement, cela est important !

3 – Confiance et esprit d’équipe, le challenge des départs pour le couple

Enfin la dernière étape est la préparation du couple. Elle se fait au fur et à mesure des semaines précédant la mission, et compte aussi. Outils de communications adaptés selon le lieu de la mission, rythme des appels, colis attendus si c’est la période de Noël ou qu’un anniversaire tombe pendant cette absence, … Les petites choses comptent et si beaucoup de détails ne seront connus qu’en arrivant sur place il est possible de poser un cadre léger avant le départ. Prendre du temps en famille ou à deux est important avant aussi ! Juste avant les départs, quand le temps se fait à la fois long et court et que la tension des préparatifs s’installe un peu, surtout du côté militaire. Un sentiment mitigé peut s’installer, entre la hâte de lancer enfin la mission pour qu’il revienne vite et l’envie de prolonger ces instants à tous prix.. C’est aussi le moment de s’extraire du quotidien pour passer un moment de qualité en famille, en ballade ou au restaurant ?

Finalement la spécificité de la famille de militaire pourrait résider dans cet esprit d’équipe et de confiance nécessaire lors de ces missions. Source de dépassement de soi, ces départs peuvent contribuer à renforcer la famille entière. Le soldat sait qu’il peut se reposer sur son conjoint pour gérer le quotidien et accomplir sa mission dans les meilleures conditions. Le conjoint quant à lui sait que son investissement renforce la confiance au sein du couple et permet de maintenir un cadre serein pour sa famille.