« Il n’est jamais là ! » Pourquoi les militaires sont-ils absents ?

« Les militaires ne sont jamais là »… Si cette vérité est bien connue, cette phrase est souvent prononcée sans que l’on sache vraiment pourquoi ils sont absents. Pour comprendre il faut se plonger dans le rythme de l’armée. Retour sur les types d’absence qui éloignent le militaire* de la maison ! Pour vous ou pour vos proches !

A – ILS SE PRÉPARENT ! LES PETITES ABSENCES

Les « petites absences » sont les moins connues de la population, car réalisées en interne à l’armée. Elles ont pour but de former le militaire et de le maintenir aguerri et affûté pour le combat. Explications sur le pourquoi de ces « petites » absences, finalement assez régulières.

  • « Les terrains » ! Ils s’entraînent

Durée ? 3 jours à 3 semaines par exercice – plusieurs fois par ans

Les exercices permettent au militaire d’être prêt à intervenir à l’autre bout du monde et au combat. Les conditions extrêmes de certains conflits nécessitent une condition physique particulièrement soignée. Porter des sacs de 30 kilos sous 45 degrés n’est pas une mince affaire ! Ces fameux « terrains » préparent également aux manœuvres de groupes et à la coordination avec les différents éléments de l’armée.

  • Ils se forment

Durée ? de 3 jours à plusieurs mois par an – selon spécialité et selon évolution dans l’armée.

Le militaire est dans un cursus particulier. En fonction de son rang, son grade, sa spécialité et la manière dont il est entré dans l’armée, cette dernière le prend en charge tout au long de sa carrière – dans une dynamique de formation continue – et il a un parcours relativement établi qui l’attend. Ce qui nous intéresse pour les absences dans ce parcours, ce sont surtout les cases de formations : elles ont souvent lieu loin du lieu d’affectation du soldat.

Ces formations permettent à l’armée de maintenir les soldats à jour de leurs spécialités et de leurs compétences – sur les nouveaux matériels notamment. Et elles permettent aux militaires d’évoluer au sein de l’armée !

  • Ils servent !

Durée ? 1 jour à 1 semaine – tous les 2 mois environ

Être militaire c’est servir avant tout. Servir la France, à travers son régiment, son état-major, sa garnison, …. Qu’est-ce que cela signifie concrètement ?

Au-delà des missions classiques, le soldat participe aussi aux missions nécessaires à la survie d’un camp militaire, ou de chaque lieu de l’armée en France sur lequel il travaille. Il le protège, le surveille, l’informe, contribue à son rayonnement local, … Permanences, gardes, rondes : autant d’exemples de services à accomplir pour maintenir un lieu militaire en activité. Un autre exemple qui devrait parler à tout le monde : dans les cérémonies officielles historiques, (11 novembre, 8 mai, …), il y a toujours des militaires en tenue. Le  « piquet d’honneur » : un autre service à accomplir. Et souvent cela implique des absences le WE, en semaine, bref toutes l’année.

Bref, faites le bilan de toutes ces petites absences … vous pouvez chaque année atteindre plusieurs mois loin de la maison !

B – LES GRANDES ABSENCES – LE CŒUR DU MÉTIER

Ce sont les plus connues, car  elles correspondent au cœur de métier des militaires. D’où généralement l’enthousiasme de ces derniers à l’idée de ces départs. Les OPEX et MCD constituent l’objectif du métier des militaires. Ces jours de terrains, ces heures d’entraînements, de préparation, de formations n’ont qu’un seul but : rendre le militaire prêt pour ces missions. Leur vie se joue sur certains de ces théâtres, d’où l’importance de la qualité de leurs formations et entraînements.

  • Missions extérieures (OPEX et MCD)– 4 à 6 mois

Bien que souvent on appelle toutes ces missions à l’étranger « OPEX » (plus facile pour les non-initiés !) il y a bien une grande différence entre ces deux types de mission. Les OPEX concernent les pays étrangers en guerre ou en conflit armé (Mali, Liban, Syrie et Irak) tandis que les MCD concernent tous les autres lieux de déploiement, français (Martinique, Guyane, Réunion, Polynésie française et Nouvelle-Calédonie), ou étranger, avec lesquels la France a un partenariat de Défense (Sénégal, Gabon, Côte d’Ivoire, Djibouti, Emirats Arabes Unis). La différence se voie sur la fiche de paie : les OPEX sont payées plus que les MCD.

  • Sentinelle – 2 mois – Au moins une fois par an

Dernière-née du programme intense de l’armée française, Sentinelle a fait basculer l’emploi du temps de l’armée de terre française de la case « chargée » à « très chargée » ! Et elle a fait grimper les statistiques d’absence. En place depuis les attentats de 2015, cette opération est particulière pour l’armée car elle a lieu sur le territoire national. Durant 1 puis 2 mois elle se fait en supplément de Vigipirate. Tous les régiments y contribuent, et pour des raisons de sécurité la mission ne peut pas avoir lieu sur le lieu d’habitation.

*Dans cet article sont abordées surtout les problématiques de l’armée de terre.