J’ai vécu le confinement sans mon conjoint – partie 2 : la communication

Alors que nous ne savons pas très bien à quoi nous attendre pour les prochaines semaines, nous avions interviewées certaines d’entre vous sur les périodes de confinement précédentes. Nous nous étions concentrées sur celles qui ont vécu ces temps particuliers seules, lors du premier confinement (article ici).

Si d’ordinaire, lorsque notre conjoint militaire est absent, il est important de s’entourer de nos proches, les confinements nous privent de cette ressource. Alors que la famille et les amis peuvent être un vrai soutien pour nous, durant cette période de confinement, nous avons dû rester seule chez nous.

Comment faire face à ce challenge de plus ? Comment la communication peut aider dans cette période ?

Certaines conjointes de militaire vont devoir vivre ce confinement seule. La séparation n’est d’ordinaire pas toujours simple à vivre, mais en ces périodes troublées, cela rajoute une difficulté. Nous avons recueilli les témoignages de ces femmes qui ont dû faire face à un challenge de plus.

Une solitude accentuée

Hélène est pédiatre dans un hôpital public, et lors du confinement du mois de mars, son mari était parti en sentinelle. La communication à distance avec son mari a pris alors une toute autre dimension.

 » Mon mari est parti en Sentinelle pendant quasiment toute la durée du confinement. Je vivais donc seule dans notre petit appartement. Même si, comme d’habitude quand mon mari part en mission, nous pouvions discuter par WhatsApp vidéo, le confinement en intérieur a vraiment accentué le sentiment de solitude… Et ça a été très difficile à gérer pour moi. 

J’ai eu la chance de pouvoir continuer à aller au travail. Et c’était une bouffée d’air indispensable. Tellement indispensable que je me suis débrouillée pour y aller (beaucoup) plus que d’habitude, et j’ai pris des gardes tous les week-ends. J’ai eu l’impression de traverser ces deux mois en apnée !! 

Nos appels vidéo ont été, encore plus que pour les missions précédentes, des moments privilégiés pour nous retrouver, et finalement c’est cet aspect du confinement qui m’a marquée le plus : non pas la solitude en rentrant le soir, non pas les jours comptés dans l’attente de son retour, mais juste ces petits moments, comme des phares dans ma journée.  »

Une première séparation rallongée

Et puis, les militaires ont parfois dû être confinés de leur côté, loin de leurs proches. Et les absences, déjà longues, ont été rallongées.

C’est le cas pour Camille, dont le conjoint partait pour la première fois en mission.

 » J’étais en confinement en Bretagne, dans la maison de ma coloc’. Nous étions en télétravail, et je n’étais donc pas avec mon mili, tout simplement parce que nous n’habitions pas ensemble avant le confinement, nous ne vivions pas dans la même ville. Ainsi il a vécu le premier mois de confinement dans sa ville et moi en Bretagne. Ensuite il est parti en mission pendant 4 mois et à cause du confinement nous n’avons donc pas pu nous dire au revoir… la deuxième partie du confinement s’est donc déroulée avec moi en Bretagne, et lui en mer (nous ne pouvions échanger que par mail)

Le plus difficile a été en premier lieu de ne pas pouvoir se dire au revoir avant cette première mission que j’appréhendais tant. De passer de 4 mois de séparation à 5 mois! Je dirais aussi le fait de ne pas pouvoir partager avec lui mes états d’âmes liés au confinement, alors que d’habitude je lui confie tout!

Mais je pense que cette séparation nous a énormément fortifiés. Le confinement a pour ma part réveillé le désir de le rejoindre dans sa ville. Et j’ai pris cette décision suite à toutes les réflexions menées pendant le confinement. Et cela a également amélioré notre communication! Nous avons appris à faire front ensemble pour notre couple malgré la distance, et être séparés pendant ce moment difficile m’a confirmé à quel point  je veux être avec lui tous les jours de ma vie!!  »

Un bilan ?

Ainsi, la communication, déjà importante lors des absences de notre conjoint, prend une toute autre dimension en ces temps troublés. Chaque difficulté que nous rencontrons habituellement pendant un départ, est amplifiée avec le confinement et la solitude qui peut en découler. Nous savons toutes à quel point que nous prenons sur nous pour appréhender ces temps de solitude. Mais dans chacun de ces témoignages, ces temps à distance ont aussi permis de se concentrer sur l’essentiel et de valoriser le couple – même loin et séparé. Et vous qu’en pensez-vous ?