comment vivre avec un militaire et ses engagements

Les « oui » d’une conjointe de militaire

On pourrait croire qu’il n’y a que le militaire qui s’engage pour son travail, mais c’est le cas aussi de sa famille, et particulièrement de sa conjointe. Choisir de vivre avec un militaire, c’est dire « oui » à cette vie si particulière et à ses nombreux aspects hors norme. (sur le lien armée – famille c’est par ici)

Oui au « en tout temps, en tout lieu »

Le saviez-vous ? C’est la devise du soldat. On pourrait croire qu’elle n’existe que pour la forme, mais lorsqu’on vit avec un militaire depuis quelques temps, on se rend compte qu’elle est bien effective. Un militaire se doit de pouvoir être sans arrêt disponible pour l’armée. Il peut être appelé à servir à n’importe quel moment, à n’importe quel endroit. Et du côté des familles cela nous demande de le laisser faire son devoir, même si ça nous coûte beaucoup parfois. Car cela veut dire accepter d’être seule à Noël, ou pour les vacances d’été, ou encore pour les anniversaires. C’est aussi avoir à vivre un départ prévu du jour au lendemain. C’est un sacrifice, mais si nous-même acceptons malgré tout ce mode de vie, alors ce sera plus facile pour lui d’appliquer cette belle devise qu’est celle du soldat.

Oui à l’absence

Ce n’est un secret pour personne, les militaires sont souvent absents de leur foyer. Vivre avec un militaire veut aussi dire apprendre à vivre SANS lui, le temps d’une soirée, d’un week-end, de toute une semaine ou même de plusieurs mois. Une conjointe de militaire doit donc apprendre à se retrouver seule avec sa maison à gérer, ses enfants à assumer parfois, ses soirées et ses weekends à occuper. Chaque absence se vit différemment, et il faut réapprendre à les surmonter à chaque fois. Nous avons toutes nos astuces personnelles pour cela :  films de filles, chocolat, copines, famille, loisirs…, elles nous permettent de se construire cette vie en solo, lorsqu’il est absent. Et pour être prête à accepter de vivre en célibataire la moitié de l’année, il faut savoir se poser cette question : est-ce que j’aime assez mon conjoint pour accepter de ne pas le voir aussi longtemps que je le souhaiterais ? C’est un vrai questionnement qui doit surtout se poser en couple.

Oui à la relation de couple en pointillé

Lorsqu’on décide de vivre avec quelqu’un, on s’attend à être tout le temps avec lui. Seulement un militaire ne va pas être pas rentrer tous les soirs à la maison. C’est une vie de couple hors du commun. Avec le rythme des absences, il y a une certaine discontinuité dans la relation, puisqu’on ne se voit pas tous les jours, et parfois même pendant plusieurs mois. Heureusement les moyens de communication d’aujourd’hui permettent de garder un contact régulier. Mais ce n’est pas la même chose que de vivre réellement ensemble. Il faut donc apprendre à se retrouver et surtout à se réapprivoiser à chaque retour. Car chacun a vécu sa vie de son côté pendant un certain temps, il faut pouvoir se redonner toute sa place. Vivre avec un militaire c’est décider de l’attendre à chaque départ, et de le rechoisir à chaque retour. Même si, au premier abord, cela pourrait être vu comme une difficulté, cette vie de couple en pointillé peut être aussi un avantage. Il n’existe pas de routine de couple quand on vit avec un militaire ! Les moments passés ensemble sont parfois rares et précieux, il faut savoir ainsi en profiter à fond, et les mettre à profit pour faire grandir la relation. Certaines femmes témoignent de leurs belles retrouvailles, à tel point que cela vaut presque le coup d’être séparés pendant aussi longtemps ! Pour d’autres, la réadaptation à la vie de couple peut prendre plus de temps.

Oui à l’incertitude

La vie avec un militaire, c’est choisir de ne pas pouvoir se projeter sur une longue période. La carrière d’un soldat est très mouvementée, et il est difficile de savoir son planning avec plusieurs mois d’avance. Il nous faut accepter de vivre dans cette incertitude. Choisir cette vie-là, c’est par exemple ne pas pouvoir réserver de vacances six mois à l’avance, parce qu’on ne sait pas où il sera à ce moment-là. C’est aussi accepter que la date de départ ou de retour d’OPEX soit incertaine, ou décalée à la dernière minute. C’est aussi prévenir en permanence les proches de la présence incertaine ou de l’absence de notre conjoint aux différents évènements. Rien n’est certain. Cela peut être difficile à vivre, mais ne rien savoir à l’avance peut aussi avoir un certain charme, celui d’une aventure.

Oui aux déménagements

Il est connu qu’un militaire déménage. Et même si ce n’est pas vrai pour tous les militaires, les mutations font partie de la carrière de nos hommes. Il y a deux façons d’aborder cette mobilité, libre à chacun de prendre la meilleure décision pour sa famille. On peut d’abord choisir le célibat géographique, se fixer à un endroit et ne pas bouger avec son conjoint militaire. Et puis on peut aussi faire le choix de le suivre, de quitter sa famille, ses amis et son travail pour déménager, parfois à l’autre bout de la France. Cela demande des sacrifices, car il n’est jamais facile d’arriver dans un endroit inconnu, et de se réadapter à chaque nouvelle mutation. Mais c’est aussi l’occasion de découvrir de jolis coins de France (et d’outre-mer parfois).

Oui à l’engagement

En somme, la famille d’un militaire s’engage tout autant que le militaire lui-même. Elle s’engage à dire « oui » à cette vie hors norme, et surtout à le suivre et à le soutenir dans sa propre vocation.  Car le métier de militaire n’est pas un métier comme les autres : il demande au soldat de se donner tout entier, parfois même au risque de sa vie. Et si cela coûte beaucoup à sa famille et à sa conjointe, il faut garder à l’esprit que le militaire tient la force de son engagement surtout du soutien de ses proches. S’engager auprès d’un militaire, c’est aussi s’engager envers l’armée.