TRAVAILLER OU NE PAS TRAVAILLER ?

Un choix très personnel

En faisant le choix de s’engager, votre conjoint vous y associe indirectement, ainsi que vos enfants, et ce pour un bon nombre d’années. Concilier le rythme qu’impose l’armée avec la vie de couple, des enfants et… un emploi n’est pas forcément évident. Alors, travailler ou ne pas travailler ? Comment répondre à cette question qui peut parfois s’apparenter à un véritable dilemme tout au long de la carrière du conjoint… 

Travailler ou ne pas travailler, il n’existe pas de bon ou de mauvais choix. La décision appartient à chacune. Fruit de longues réflexions personnelles, d’échanges avec son conjoint, la clé se trouve dans la certitude d’avoir pris une décision qui rend vraiment serein. Prendre une décision sans se soucier du qu’en dira-t-on et de ces petites réflexions qui finissent un jour ou l’autre par vous travailler et vous faire douter. Du « je ne sais pas ce qu’elle fait de ses journées » pour la femme au foyer au « elle vit tellement pour son boulot qu’elle ne voit même pas ses enfants » pour celle qui travaille. Aucune femme n’est épargnée et les jugements parfois blessants sont le lot de chacune.

Une réinvention permanente

A ces questions complexes vie pro/vie perso qui touchent toute femme, s’ajoutent les contraintes du second contrat, celui que l’on a implicitement signé avec l’armée par l’intermédiaire du conjoint militaire. Et c’est souvent là que les choses se corsent. Quel que soit le choix qui est fait, la conjointe de militaire n’a ni médaille, ni lettre de félicitation ou témoignage de satisfaction. Pourtant elle assure toute la base arrière et, avec ou sans enfants, ce sont des centaines de métiers qu’elle exerce tour à tour : celui d’électricien, de plombier, de peintre en bâtiment, de prof de français ou de math, de jardinier, de mécanicien, de pompiste, de carreleur, de conducteur, de cuisinier, de coiffeur, d’infirmier es bobologie, de coiffeur, d’infirmier es bobologie, de comptable, de déménageur, de chef de chantier, de décorateur, et la liste est encore longue !

Les évolutions actuelles

Aujourd’hui les choses ne sont plus figées comme avant, et il est possible d’alterner périodes de travail à l’extérieur et période de travail chez soi. La problématique du travail des conjointes est peu à peu prise en compte par l’armée (via Défense Mobilité), qui noue des partenariats avec des entreprises pour aider les conjointes de militaire dans la recherche d’un emploi (voir le réseau Women Forces). Les conjointes de militaire, demeurent, par la force des choses des femmes engagées. Et rien que pour cela vous avez tout nos encouragements !